• Vie de l'université,
  • Entrepreneneuriat,
  • Conférence/Rencontre/Débat (recherche),

« Le mouvement sportif et l'économie sociale entretiennent-ils une relation singulière ?"

Publié le 3 septembre 2015 Mis à jour le 11 mars 2016

" Le mouvement sportif et l'économie sociale entretiennent-ils une relation singulière ? Sport, activités physiques de loisirs, pratiques motrices éducatives et économie sociale et solidaire. État des lieux dans le champ des publics à besoins spécifiques ou particuliers. Focus sur la médiation, l'insertion, l'intégration ou l'inclusion. Table ronde organisée par Didier Séguillon, STAPS (UFR des Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives).

Date(s)

le 26 novembre 2015

Jeudi 26 novembre 13h45-17h, Salle des conseils (Bât. B)
Lieu(x)
Salle des Conseils
Bâtiment B, RDC

Le mouvement sportif, en tant que grand mouvement associatif et plus généralement, dans le champ des activités physiques de loisirs et des pratiques motrices pour tous appartient aujourd'hui, en partie et d'une façon non négligeable, à celle de l'économie sociale et solidaire même si cela échappe encore à certains et même si, par ailleurs, le sport dans son versant Haut-niveau peut obscurcir cette réalité (scandales financiers à répétition à la FIFA et dans le football en général), présomptions de malversations dans l’attribution des grandes compétitions internationales (championnats du monde, jeux olympiques), ce que l'on nomme le Sport Business.

Depuis plusieurs décennies et plus encore depuis le vote de la loi du 11 février 2005 relative à la pleine participation des personnes en situation de handicap, le mouvement sportif se diversifie, doit dorénavant répondre aux prérogatives de la loi en matière d'accessibilité, aux demandes croissantes de nouveaux publics. Il doit, ainsi, tenter de fournir des réponses à toutes les aspirations, et notamment, à celles des publics dits « à besoins particuliers ou spécifiques » comme les seniors, les jeunes en difficultés d'insertion sociale, les personnes en situation de handicap, les malades chroniques, les individus en rupture avec nos sociétés, etc.
Ce secteur du sport dit pour « tous » est, aujourd'hui, un des fondements structurant ou entretenant le lien social dans le contexte du secteur historique de l'éducation « populaire ».

On compte 220 000 associations sportives ou à vocation d'éducation motrice, physique ou sportive ce qui correspond à 15 millions de pratiquants, un grand nombre de salariés et bénévoles.
Cette table ronde tentera de répondre notamment aux questions suivantes. Dans quelles mesures, le mouvement sportif et l'économie sociale entretiennent-ils une relation singulière, s'illustrant autour « D'un pas de deux, plutôt, hésitant », entre ces deux paradigmes, comme le dit Stéphane Guérard dans un article paru le 1er septembre dernier ? « Au vu de ces chiffres, le mouvement sportif français a de quoi revendiquer la médaille d'or des mouvements associatifs français et l'une des places d'honneur de l’Économie sociale et solidaire... si seulement il le voulait ». (1) Pourquoi ne le voudrait-il pas ?
Doit-on faire une différence entre le sport de masse, le sport pour tous et le sport de haut niveau, le sport business ? Assiste-on aujourd'hui, à une prise de conscience, un retour vers la reconnaissance du mouvement sportif avec pour centre les valeurs de collectif et solidarité comme à la naissance du mouvement à la fin du XIXe siècle ?
Par ailleurs, dans quelles mesures, l'économie sociale et solidaire est-elle, vraiment, un levier d'innovation pour les associations sportives comme le suggère Eric Forti (2) dans son éditorial de décembre dernier de la lettre de l'Observatoire de l’Économie sociale et solidaire en Île-de-France ? Quel est le champ d'investigation traditionnel du secteur de l'activité sportive des personnes à « besoins spécifiques ou particuliers » au sein du mouvement du sport en général (sport entre soi, sport en situation d'inclusion, sport unifié ou intégré ou partagé, tourisme sportif adapté, sport-santé, sport pour tous, etc.) ? Quels sont les accélérateurs et les freins au développement du sport et des pratiques physiques dans le contexte de l’Économie sociale et solidaire tant dans son versant économique que dans celui de la solidarité ? Quelles sont les perspectives d'emploi pour les étudiants en STAPS de la filière Activité Physique Adaptée (APA) ?

(1) Guérard Stéphane. Mouvement sportif et économie sociale, un pas de deux hésitant. Journal l'Humanité. 1er septembre 2015.
(2) Forti Eric. L'économie sociale et solidaire, levier d'innovation pour les associations sportives. Panorama thématique. Décembre 2014. Lettre de l'Observatoire de l’Économie sociale et solidaire.


Inscription
Salle des conseils (Bât. B)
• « s’inscrire »

Mis à jour le 11 mars 2016